Troisième mois de grossesse

Le 14 octobre 2020, début du 3e mois de grossesse. J’ai à présent la possibilité de demander un aménagement du temps de travail autrement dit l’« heure de grossesse ». Je suis fonctionnaire de l’éducation nationale donc je me dis que ce ne sera qu’une formalité d’autant que ma chef de service est très humaine et que je pense possible de faire aussi bien mon travail en partant une heure plus tôt chaque jour. Pour le moment, je tiens le coup donc je décide d’attendre un peu avant de demander à en bénéficier.

J’ai informé ma chef de ma grossesse parce qu’elle parlait régulièrement de trouver une nouvelle gynécologue et les sujets sur la grossesse et l’accouchement revenaient régulièrement dans la conversation lors des déjeuners entre collègues. La nouvelle a été chaleureusement accueillie, j’ai beaucoup de chance.

Où en sont mes symptômes ? Grosse fatigue, nausée quand j’ai faim, envie de manger salé. Mes menus de prédilection ressemblent aux menus préférés des enfants : pâtes burger/frites, cordon bleu/purée… C’est ce qui me fait le plus envie ! J’ai faim plus tôt le soir et j’ai envie de salé à l’heure du goûter, manger sucré m’écœure et/ou me donne des remontées acides. En revanche, les agrumes me paraissent moins acides qu’avant ma grossesse (même si j’ai toujours aimé ça, ils me font encore plus envie). Les ligaments tiraillent au niveau de l’aine et mes seins sont devenus très sensibles. Le 15 octobre, je suis obligée de prendre mon après-midi pour rentrer dormir, je suis trop crevée pour tenir éveillée.

Le 27 octobre, je rencontre ma nouvelle gynéco (suite au refus de suivi de ma gynéco PMA). C’est mon premier rendez-vous prénatal, on fait le point sur mes analyses de sang et d’urine mais elle ne m’examine pas. C’est plus un échange et une première prise de contact. Ma glycémie à jeûn est à 0,99 et enceinte il faudrait être sous la barre des 0,93. Elle me demande donc d’adapter mon régime alimentaire en conséquences. Je lui explique que je suis suivie par une endocrinologue-diabétologue et que je verrai avec elle comment adapter mon alimentation. La gynéco me donne une attestation de grossesse pour mon employeur et rempli avec moi la déclaration de grossesse pour la CAF et la MGEN (je ne suis pas à la CPAM car fonctionnaire de l’éducation nationale). Cette nouvelle gynéco me plaît bien, je suis contente d’être suivie par elle, je trouve qu’elle prend le temps de bien expliquer et de répondre aux questions.

Le 29 octobre, c’est l’échographie du 1er trimestre avec une sage-femme du centre d’imagerie de la maternité. Mon mari a le droit de m’accompagner. C’est un peu lugubre car ce centre d’imagerie c’est là où je venais faire mes échographies de suivi de stimulation… Ce n’est pas vraiment magique et la sage-femme es très concentrée et distante. Elle nous donne cependant de bonnes nouvelles : les mesures sont normales, bébé mesure 6,7 cm de la tête aux fesses. Elle nous dit qu’il est encore trop tôt pour bien voir le sexe, mais nous voyons bien bébé et il/elle donne déjà des coups de pieds ! C’est trop mignon et je prends conscience que c’est bien vrai : j’ai un bébé qui grandit dans mon ventre !! Pour l’instant je ne le sens pas donc c’était assez abstrait encore pour moi.

En retournant travailler, j’échange avec ma chef de service sur la fermeture le soir même des commerces dits « non-essentiels ». Je réalise alors que nous ferions bien d’aller voir physiquement les poussettes et les sièges auto pour faire notre choix. Si on choisit sur Internet, nous ne pourrons pas manipuler l’équipement pour bien choisir… Chéri n’est pas emballé par l’idée de traverser la ville à l’heure des bouchons mais nous allons tout de même chez Aubert où notre choix se porte sur la marque Bébé Confort : ce sera donc poussette Stella, siège auto Pebble + et base 3wayFix !

Le vendredi 30 octobre : deuxième période de confinement. Je continue néanmoins à travailler en présentiel car j’ai mon propre bureau. J’ouvre ma fenêtre en continu depuis que je suis enceinte car je ne supporte pas d’être enfermée (c’est d’ailleurs pareil en voiture). J’adresse ma déclaration de grossesse au service RH, à la CAF et à la MGEN.

Le 3 novembre, j’ai rendez-vous avec la diabétologue/endocrinologue. Elle me dit que niveau glycémie et prise de poids elle me trouve très bien. Je pouvais prendre jusqu’à 3 kilos pour les trois premiers mois et je suis bien en dessous. En moi-même je me dis que c’est un petit miracle vu mon régime alimentaire ces derniers temps !

Le 9 novembre, je contacte la gestionnaire RH pour savoir comment bénéficier de l’heure de grossesse. Voici ce qu’elle me répond : « elle n’est pas automatique. Tu peux y prétendre uniquement si ton médecin ou ta sage femme estiment qu’elle est nécessaire, soit en raison de la fatigue liée aux trajets, soit parce que ton état de santé le justifie. Il faut donc que tu me présentes un certificat médical à cette fin. Il doit y être indiqué précisément si la restriction d’horaire de travail vaut jusqu’à la fin de ta grossesse ou si c’est pour une période donnée, par exemple en cas de fatique excessive ou pour les dernières semaines de grossesse« . Je trouve ça super compliqué… Cela ne devrait-il pas être de droit dans la mesure où j’ai déclaré ma grossesse avec certificat à l’appui ? J’essaie en vain de contacter ma gynécologue. Elle n’a pas de vrai secrétariat, il faut tenter de se faire comprendre par les personnels d’une plateforme de secrétariat externalisé qui ne sont pas du tout spécialisés en gynécologie ou suivi de grossesse. Ils refusent de me la passer ou de me donner une adresse e-mail pour la contacter. Ils me suggèrent de lui envoyer un courrier postal, très 2020 n’est-ce pas ?

Je reçois ce même jour le livre « Espaces d’harmonie pour les enfants, l’univers de la psychodécoration » qui explique comment décorer et aménager une chambre d’enfant puis d’adolescent dans le respect des règles du Feng-Shui et de son ancêtre indien le Vastu. Je commence à le lire et je le trouve très bien fait, je prends l’essentiel en notes. Et je m’inspire des dessins, schémas et photos données à titre d’exemple.

Le 12 novembre se termine mon premier trimestre de grossesse ! Je trouve la grossesse bien plus cool que les essais et stimulations de PMA, je profite !!

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s